Services en ligne

Vous êtes ici : Accueil > Services en ligne > Actualités > Devenez citoyen sauveur avec le bon samaritain

Devenez citoyen sauveur avec le bon samaritain

En France, environ 50.000 personnes sont victimes d’arrêt cardiaque chaque année, 10% d’entre elles seulement sont sauvées. Développé avec les pompiers de Paris et mis en place en Vaucluse depuis juin 2019, le Bon Samaritain est un service qui permet aux pompiers et SAMU de localiser et d’alerter des bénévoles formés aux gestes de premiers secours afin de porter secours à la victime ou d’aller chercher un défibrillateur avant l’arrivée des secours. Alors, si vous êtes formés, inscrivez-vous !

Qui peut devenir Bon Samaritain ?

Toute personne formée aux gestes de premiers secours peut devenir Bon Samaritain.

Comment ça fonctionne ?

Pour devenir « bon samaritain », il faut s’inscrire via l’application gratuite Staying Alive (téléchargeable via AppStore et Google Play) : remplir un formulaire (nom, prénom,e-mail et numéro de téléphone) et fournir un justificatif d’une formation aux gestes de premier secours (photo du diplôme).

Par la suite, le Bon Samaritain ainsi enregistré et qui serait présent aux alentours d’une victime en arrêt cardio-ventilatoire sera alerté par le 18 ou le 15 afin de se rendre sur place et débuter les gestes de premiers secours avant l’arrivée des secours. La notification d’alerte est accompagnée d’un message demandant au Bon Samaritain s’il peut, ou non, se rendre sur place. L’application intègre une cartographie gratuite de défibrillateurs accessible par connexion internet.

Qui peut déclencher des Bons Samaritains ?

Seuls les opérateurs de Traitement de l’Alerte (sapeurs-pompiers, SAMU) déclenchent les Bons Samaritains.

Que se passe-t-il si je ne peux pas intervenir ?

En cas de non réponse ou de réponse négative, vous n’êtes pas identifié. Le système alertera les autres Bons Samaritains présents aux alentours. Dans tous les cas,les moyens de secours professionnels sont envoyés.

Quelle part de responsabilité ? Quelle est la législation mise en œuvre ?

D’après un document officiel du Ministère de l’Intérieur : « Le délit de non-assistance à personne en danger ne paraît pas susceptible d’être retenu à l’encontre des ‘Bons Samaritains’ ». De plus en cas de réponse négative,vous n’êtes pas identifié. Il ne peut donc y avoir de poursuite à l’égard des « Bons samaritains » dans les cas où ils ne pourraient intervenir ou que la victime décèderait avant l’arrivée des secours.

 

Retrouvez toutes les informations dans la documentation en ligne ou sur le site internet du bon samaritain

Les autres actualités

Actualités précédentes
Actualités suivantes